Haute Ecole Libre Mosane

Salvaterre : le projet se poursuit

3edf0b50-b1c6-41f8-b489-d93cffde4039

Initié l'an dernier, sous l'impulsion de deux enseignants (Marie-Sabine Ghuysen et Alexis Culot) dans le cadre du cours de Régulation, le projet mis en chantier par les étudiants du bloc 3 du cursus Automatisation se poursuit. Ce projet a pour objectif la construction du « Salvaterre » : une machine destinée à faciliter le travail de maraichage en éco-agriculture. « Il s'agit d'automatiser son activité de permaculture et de penser au confort du maraîcher, tout en respectant la démarche écologique amortie », explique Marie-Sabine.

Petite rétrospective WhatsApp-Image-2023-12-22-at-10-02-43-(3).jpeg

Au cours de l'année 2022-23, les étudiant.es ont rencontré Laurent Van Ngoc, maraîcher pour la Forêt de Luhan , un éco-lieu agricole installé à Pavillonchamps (Harzé). L'objectif du collectif s'articule autour des enjeux d'autonomie et de résilience. Il vise à produire des légumes bios, cultivés dans le respect de la nature, sans faire appel aux tracteurs et aux machines qui rejettent du CO2 dans l'atmosphère. L'éco-lieu souhaite également être autonome en eau et en électricité.

Par groupe de 2 ou 3, les étudiants.es ont travaillé à l'arrosage automatisé en fonction de la météo et des familles de légumes concernées. Ils ont conçu des scénarios de tables de semis qui adaptent le niveau de l'eau par rapport aux plantes pour que leur terreau soit toujours suffisamment humide et permette une meilleure croissance de la plante. Ils ont dessiné les schémas d'une serre enterrée avec régulation des paramètres à contrôler et ils ont conceptualisé une machine innovante : le Salvaterre. salvaterre1.jpg

Cette machine qui utilise l'énergie électrique (batteries rechargées par des panneaux photovoltaïques) a nécessité de nombreuses heures de réflexions, de tests avec essai/erreur et de développement de programmes d'automatisation qui incluent la régulation. La machine permettra au maraîcher de se tenir en position allongée et de l'accompagner dans son travail de la terre. A terme, elle devrait ainsi lui permettre de travailler en surface à l'aide d'une grelinette intégrée au système, de planter les semis, d'épandre du broyat et même de désherber. WhatsApp-Image-2023-12-22-at-12-20-23.jpeg


L'an dernier, le premier prototype était présenté. « Il était amusant... mais perfectible, tant au niveau de l'automatisation que de la mécanique du moteur », explique Marie-Sabine.salvaterre5.jpg

Les avancées

Cette année, les étudiants.es ont passé le relais à une nouvelle équipe constituée d'étudiant.es de Bloc 3 (et bientôt de Bloc 2) en automatisation. Afin d'améliorer l'aspect mécanique du Salvaterre, l'équipe a sollicité la collaboration d'étudiant.es du Cursus Ingénieur de HELMo Gramme, dans le cadre du cours de Construction de Machine de Monsieur Bernard Rausin et Monsieur Vincent Leenaerts.
Plus déterminés que jamais, ils ont travaillé dur et ont collaboré avec respect des compétences de chacun pour proposer un prototype 2.0 dès le mois de décembre.


Ainsi, les étudiants.es de Master 1 Ingénieur.es industriels.le.s de HELMo Gramme se sont penchés sur l'ensemble de la mécanique du Salvaterre, la structure, les attaches des roues qui contiennent chacune un moteur électrique, la rotation des roues arrières, les 3 outils principaux interchangeables (le support du maraîcher couché avec des pauses paniers, la grelinette automatisée qui servira à aérer le sol en douceur, ou
l'épandeur de broyât qui évite l'utilisation de pesticides). gramme-(1).jpg

Pendant ce temps, l'équipe du cursus en Automatisation a continué la recherche et le développement des fonctions automatisables de la machine : recherche d'une batterie performante et légère, mise en place de roues agricoles, régulation de la position du véhicule sur une planche de culture, via la commande de la vitesse des roues arrières avec comme mesure réelle un signal délivré par un gps rtk gnss, dédié à l'agriculture, etc...

Un groupe a également travaillé sur l'autonomie en eau à partir d' un pompage dans une
nappe phréatique qui est déjà utilisé et dont la production ne devrait pas être optimisée. Un autre groupe est concentré sur l'autonomie en électricité via une installation photovoltaïque. L'idée est de concevoir une gestion intelligente de l'électricité sur un site.
Actuellement, le nouveau prototype Salvaterre propose 4 roues motrices, indépendantes de l'une de l'autre et les étudiants ont trouvé des solutions pour atteindre les différents objectifs du Salvaterre. WhatsApp-Image-2023-12-22-at-10-20-06-(2).jpeg

Le développement de sa partie automatisée continue et il faudra veiller à sécuriser son utilisation. Le prototype semble prêt à entrer dans sa phase de construction. Une étape essentielle va donc être nécessaire : récolter les fonds nécessaires. Des pistes pour y parvenir sont à l'étude.

Dans tous les cas, le travail sur le projet est intense depuis le début, tant de la part des étudiants que de leurs enseignants. Motivés d'atteindre l'objectif de la concrétisation de ce magnifique projet, porteur de sens.

Merci aux partenaires qui soutiennent l'élaboration du prototype : Les forges
d'Ephaïstos, Automation et Services, Douin+, TBox (Ovarro), Balteau Hydraulique-John Cockerill et Drivenby. Merci aussi aux diplômés qui partagent leurs conseils techniques, par exemple dans l'utilisation et l'accès au logiciel Tsoft de Tbox. Et merci aux nombreux enseignants de HELMo Saint-Laurent et de HELMo Gramme qui fournissent ponctuellement nos étudiants.es dans la mise en place du dispositif.

salvaterre2.jpgsalvaterre3.jpgsalvaterre6.jpgsalvaterre7.jpgsalvaterre9.jpgWhatsApp-Image-2023-12-22-at-10-02-43-(1).jpegWhatsApp-Image-2023-12-22-at-10-04-50.jpegWhatsApp-Image-2023-12-22-at-10-20-06-(1).jpeg


Contact: Marie-Sabine Ghuysen
Publié le : 08-01-24